Fédération des Amis de la Morale Laïque FAML asbl

Lié sur nos blogs avec L’humanisme laïque en tant que référence, et avec Europe: sécularisation de la société, réactions des églises, Colloque 2011 de FAML asbl.

  • … La FAML est, aux yeux de beaucoup, devenue le mouvement laïque par excellence, celui qui existe concrètement sur le terrain, qui vise une audience large, qui fait vivre la laïcité au quotidien, qui entretient des rapports avec les autorités communales, avec les groupes de base.
  • Si elle n’existait pas, il faudrait l’inventer…
  • Regroupant plus d’une centaine d’associations francophones, elle a choisi le mode de fonctionnement de la fédération. Fédérer veut dire respecter dans sa diversité, mais aussi rassembler, coordonner.
  • Etre laïque, c’est se réjouir des «ifférences (compatibles avec la dignité humaine – le fasciste et le totalitaire sont aussi différents), des sensibilités diverses, enrichissantes pour les uns et les autres, mais ce n’est pas s’en tenir là … (texte entier Valeurs de la FAML /Le pluralisme dans l’engagement).

Accueil;
Débaptisation / Apostasie; Cooronées; Colloque 2011; Publications; Composition Bureau; Séction locales;
Adresse: Fédération des Amis de la Morale Laïque asbl, 54 Avenue de Stalingrad, 1000 Bruxelles, Belgium;
Contact online.

Histoire de la FAML: En instaurant dans l’enseignement officiel les cours d’option philosophique, le Pacte Scolaire du 8 mai 1963 avait également suscité la création d’une série de nouvelles associations dont le but était de défendre et de promouvoir le cours de morale non confessionnelle nouvellement créé. 

Ces associations préféraient d’ailleurs désigner ce cours sous le nom de cours de morale laïque, marquant ainsi qu’elles le considéraient comme le cours de la communauté laïque, et lui conférant par là-même un engagement non présent dans l’esprit de ses créateurs.

Ce sont d’ailleurs six de ces associations qui décidèrent, le 21 février 1969, de fonder la Fédération des Amis de la Morale Laïque. Elles lui donnaient pour objet de « promouvoir, par tous les moyens appropriés, l’enseignement de la Morale Laïque ». Leur volonté était que la nouvelle Fédération soit le lieu de rassemblement des diverses associations qui, à l’échelon local, s’étaient fixé ce même but, qu’elle coordonne leur action, leur assure une représentation au niveau communautaire, qu’elle leur fournisse enfin l’aide et les services qu’elles pouvaient souhaiter.

Un groupe de militants – parmi lesquels ceux qui allaient devenir les premiers présidents : Jean Schouters, Walter Parisel, Eliane Van Ouytsel – constitue le premier conseil d’administration et va tout d’abord se préoccuper de mettre en place les structures nécessaires à la réalisation des objectifs, de jeter les bases d’une bonne collaboration avec les autres associations laïques existantes, tant dans la partie francophone que néerlandophone du pays, de rechercher pour les associations membres – dont le nombre s’est accru considérablement au cours des années – les moyens matériels qui leur sont indispensables.

Ne voulant pas pour autant limiter leur action au domaine qu’ils s’étaient choisi, ils iront plus loin encore puisque, l’année même de sa création, la FAML sera parmi les membres fondateurs du Centre d’Action Laïque auquel ils assigneront pour mission principale d’obtenir la reconnaissance de la communauté laïque.

Durant les premières années de son existence, toute l’action de la FAML se confond avec celle des membres de son conseil d’administration (il n’y a à l’époque ni permanents, ni locaux et les moyens sont très limités !) qui se dévoueront sans compter pour assurer son développement. L’Union des Anciens Etudiants de l’ULB accueille les réunions du conseil d’administration. Des contacts sont pris avec les pouvoirs publics pour obtenir la reconnaissance de la Fédération, ce qui lui permettra d’obtenir la subsidiation des activités de ses membres.

Ce sera rapidement chose faite et dès 1975, le Ministère de la Culture lui attribuera des subsides, d’une part à raison des activités de ses membres et répartis entre eux, d’autre part pour permettre la mise en place d’un secrétariat auquel, dans un premier temps, le CAL offre l’hospitalité dans le bureau qu’il occupe au Campus de la plaine de l’ULB.

Reconnue comme « association d’éducation permanente » par le ministère de la Communauté Française en application du décret du 8 avril 1976, elle va s’efforcer de développer l’aide et l’information qu’elle apporte – directement ou par l’intermédiaire de ses associations membres – aux enseignants, aux étudiants et à tous ceux qui ont le souci d’améliorer la qualité de l’enseignement officiel et, en particulier du cours de morale.

Si la direction de la FAML est assurée par un conseil d‘administration composé de bénévoles, elle ne pourrait déployer une activité aussi variée sans le concours des permanents (5 actuellement) qu’elle a pu engager grâce à sa reconnaissance comme association d’éducation permanente … (texte entier Histoire de la FAML).

Comments are closed.