Comité Contre l’Esclavage Moderne CCEM

in french only

  • Par millions. A nos portes ou à l’autre bout du monde, des esclaves travaillent et suent et souffrent. En silence et dans l’indifférence. Des esclaves ont peut-être cousu les chaussures que vous portez ou tissé le tapis que vous foulez. Des enfants sans enfance fabriquent les jouets de nos enfants. Bien sûr, les esclaves ne sont jamais payés.
  • La France, comme tous les pays riches, n’est pas épargnée par ce fléau … (texte entier CCEM 1/2).

Accueil;
Actions; Soutiens; Actualité juridique; Traite humains; Adhérer; Docs esclaves; Publications; e-lettre; Partenaires; Commerce éthique;
Address: CCEM, 107 AVENUE PARMENTIER, 75011, PARIS;
Contact.

CCEM 2/2: … Pourtant vous ne serez probablement jamais confronté à l’esclavage car il se dissimule derrière des façades cossues ou des pavillons anodins.

Chaque jour, des milliers de jeunes domestiques asiatiques et africaines sont asservies près de chez nous. Privées de leurs papiers d’identité, astreintes à 15, 18, ou 21 heures de labeur quotidien, sept jours sur sept, non rémunérées ou si peu, ces jeunes femmes – ces enfants – sont parfois battues et abusées sexuellement. Les esclavagistes sont nantis ou modestes, diplomates ou simples citoyens.

Sans parler de la servitude pour dette qui n’est pas l’apanage des pays du sud.

En France, des dizaines de milliers de jeunes étrangers suent dans des ateliers clandestins de confection et de maroquinerie ou sur des chantiers de travaux publics, pris au piège d’une dette exorbitante contractée pour prix de leur passage.

Et que dire de certaines filières internationales de prostitution qui broient leur proie dans une logique de profit et de violence?

Comments are closed.